Publicité

Les raisons d’interdire la publicité pour le tabac ne manquent pas. En Suisse, il est interdit de faire de la publicité pour le tabac à la radio ou à la télévision, ce qui laisse quand même beaucoup d’autres possibilités à l’industrie du tabac pour promouvoir ses produits, à commencer par le parrainage d’événements sportifs ou culturels.

Situation en Suisse

En 1964, le Conseil fédéral décide une interdiction pour les produits du tabac à la radio et à la télévision. Il ajoute d’autres restrictions à l’Ordonnance sur le tabac. «Est interdite, pour les produits du tabac et pour les produits contenant des succédanés de tabac et destinés à être fumés, toute publicité qui s’adresse spécialement aux jeunes de moins de 18 ans.» (Ordonnance sur le tabac, art. 18). L’interdiction s’applique notamment à la publicité dans les lieux fréquentés principalement par les jeunes, ainsi que lors des manifestations culturelles, sportives ou autres, principalement fréquentées par les jeunes.

Malgré cela, l’industrie du tabac dispose encore de nombreux espaces publicitaires en Suisse, notamment les cinémas (dès 20 h) pour les spots. De plus, les fabricants de cigarettes font de la publicité indirecte par le biais des sociétés qui sponsorisent les manifestations sportives et culturelles en tout genre; en outre, ils vendent des produits, tels que des vêtements ou des bottes qui tous portent le nom et le sigle d’une marque de cigarettes, et offrent d’autres prestations comme des vacances. Il ne faut pas sous-estimer non plus la promotion directe des ventes sous forme, entre autres, d’actions de type «3 pour le prix de 2».

Dans le cadre des débats autour de la nouvelle loi sur les produits du tabac, l’Alliance pour une loi efficace sur les produits du tabac s’engage en faveur d’une interdiction générale de publicité, de promotion et de parrainage.

Ouvre un lien interne dans la fenêtre couranteLoi sur les produits du tabac

Nach oben

Arguments pertinents contre la publicité pour le tabac

La consommation de produits du tabac a toujours des conséquences néfastes sur la santé. Toute forme de tabagisme peut être à l’origine de cancers, de troubles cardio-vasculaires et d’autres affections. C’est également le cas des cigarettes dites «légères», des cigares et des pipes. Les produits du tabac ne sont pas pour autant comparables à l’alcool ou aux voitures; dans ces cas, seul un usage immodéré d’alcool ou une conduite dangereuse accroît le risque de maladie et de décès.

La cigarette est le seul produit librement disponible sur le marché qui cause la mort prématurée de la moitié de ses consommateurs et consommatrices si ces derniers l’utilisent selon les instructions des fabricants. Sur 1000 personnes qui commencent à fumer à l’adolescence et continuent toute leur vie, 250 meurent des suites de maladies liées au tabagisme avant d’avoir atteint leur 70e année et 250 après.

En cas d’interdiction de la publicité et du parrainage en faveur des produits du tabac, la liberté des consommateurs et des consommatrices reste intacte. En effet, la publicité dissimule les principales informations relatives aux conséquences de la consommation de tabac, raison pour laquelle des avertissements sur les emballages sont nécessaires. La publicité pour le tabac est tout, sauf de l’information.

Le secteur de la publicité peut très bien se passer des recettes de la publicité en faveur du tabac. Depuis la fin des années 90, le budget consacré à cette dernière a fortement diminué. En 2014, la publicité pour le tabac ne représentait plus que 0,3 pour cent des dépenses publicitaires totales en Suisse.

En limitant de manière globale la publicité pour les produits du tabac, l’objectif visé est de réduire la consommation de ces produits. Dans l’ensemble, un recul de la consommation n’a pas de répercussions sur l’emploi, et ce pour deux raisons: d’une part, la fabrication des produits du tabac est en grande partie automatisée et occupe un nombre relativement peu élevé de travailleurs; d’autre part, l’argent que les consommateurs et consommatrices économisent grâce à l’arrêt du tabagisme est dépensé pour d’autres services et biens de consommation, ce qui crée de nouvelles places de travail.

Nach oben

Parrainage: se passer de l’industrie du tabac

Les manifestations sportives et culturelles n’ont pas besoin du parrainage du tabac pour être couronnées de succès. Deux exemples de taille le démontrent.

Les Swiss Indoors sans Davidoff

Le partenariat entre les Swiss Indoors et le groupe Oettinger Davidoff a pris fin à la fin du tournoi 2010. Davidoff était le sponsor en titre du tournoi international de tennis à la halle Saint-Jacques à Bâle depuis 1994. La marque Davidoff est connue pour ses cigarettes et ses cigares haut de gamme.

La fin de cette collaboration tient à la promotion, en 2009, du tournoi bâlois dans la catégorie des tournois 500 de l’Association of Tennis Professionals (ATP), qui gère depuis lors les droits internationaux de télévision des Swiss Indoors dans plus de 150 pays.

Les Swiss Indoors tombent désormais sous le coup des restrictions publicitaires d’autres pays. L’ATP a annoncé en juin 2010 que le tournoi suisse ne pouvait plus se dérouler sous son appellation de «Davidoff Swiss Indoors» en Europe. L’événement sportif le plus important du pays – selon les Swiss Indoors – se déroule par conséquent sans publicité pour le tabac depuis 2011.

La Baloise Session sans Avo Cigars

Depuis 2013, la Baloise Session peut compter sur de nouveaux sponsors et se passer du parrainage de l’industrie du tabac. Elle reste un festival de musique à succès.

Sport sans fumée

Dans le monde, de nombreuses équipes et organisations sportives ont renoncé à l’argent du tabac. Ces exemples montrent qu’il est possible d’organiser des événements sportifs avec succès sans les multinationales du tabac. Ainsi, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) rejette depuis 1987 tout fonds de l’industrie du tabac.

Lors de la Journée mondiale sans tabac de 2002, le Comité International Olympique (CIO), la FIFA et la Fédération internationale de l’automobile (FIA) ont conclu un accord avec l’Organisation mondiale de la santé et les centres américains de prévention et de contrôles des maladies (CDC) pour une campagne intitulée «Sports sans tabac». Le but est que toute manifestation sportive soit en principe sans fumée.

En Suisse, le programme national de prévention dans le domaine du sport «cool and clean» organise le concours «Un sport sans fumée» afin d’encourager la mise en place de locaux associatifs, d’entraînements et de compétitions sans fumée, ainsi que le refus du soutien financier des entreprises de tabac. Les clubs peuvent y participer, mais aussi les groupes, équipes et sections affiliés à une fédération sportive. En 2015, le total des prix en jeu (espèces) s’élève à plus de 75 000 francs. «Un sport sans fumée» est le plus grand concours organisé dans le domaine du sport suisse. «cool and clean» est parrainé par Swiss Olympic, l’Office fédéral du sport et l’Office fédéral de la santé publique.

Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtreConcours «Un sport sans fumée»

Commerce ou santé

Le parrainage de manifestations sportives par les multinationales du tabac cache de vastes intérêts financiers, comme le confirme un document interne de la R.J. Reynolds Tobacco Company datant de 1989. «Nous sommes dans le commerce de cigarettes, pas dans le sport, mais nous utilisons le sport comme opportunité pour faire de la publicité pour nos produits. Nous pouvons nous rendre sur place en faisant le marketing de cet événement. En mesurant nos ventes pendant l’événement et après l’événement, nous pouvons constater une hausse des ventes.»

En Suisse, l’industrie du tabac prend surtout part au financement des festivals de musique à l’heure actuelle. Des manifestations sportives sont toutefois aussi parrainées par des cigarettiers, comme l’a révélé l’Observatoire des stratégies marketing pour les produits du tabac en 2013 pour la Suisse romande.

Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtreObservatoire des stratégies marketing pour les produits du tabac
Les jeunes constituent le principal public cible de l’industrie du tabac

En parrainant des événements sportifs, les multinationales du tabac opèrent selon une stratégie publicitaire extrêmement efficace. Elles placent une fois de plus la publicité pour les cigarettes sous les yeux des enfants et des jeunes, tout en affirmant que les produits du tabac sont réservés aux adultes. C’est le meilleur moyen pour rendre ces produits encore plus attrayants pour les jeunes.

Nach oben

Sources

World Health Organization, World No Tobacco Day 2002: Tobacco Free Sports - Play it Clean, Opens external link in current windowwww.who.int/tobacco/communications/events/wntd/2002/en/index.html

CIPRET-Vaud, Observatoire des stratégies marketing pour les produits du tabac en Suisse romande, 2013-2014, Résultats des études, 2015, Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrehttp://www.observatoire-marketing-tabac.ch/

 

Edition: Association suisse pour la prévention du tabagisme

Texte: Nicolas Broccard
Traduction: Valérie Vittoz, Lausanne
Etat: octobre 2015

Nach oben