Le tabac: mortel sous toutes ses formes

(at) Même quand on sniffe ou suce le tabac plutôt que de le fumer, des substances toxiques parviennent dans le corps. Il s'ensuit que la consommation de produits du tabac à usage oral entraîne non seulement une dépendance à la nicotine, mais aussi maladies et décès. Il en va de même pour les narguilés.

Produits cancérigènes

Le thème de la Journée mondiale sans tabac 2006 "Le tabac: mortel sous toutes ses formes" avait permis de faire le point de la situation:

  • Cigarettes, pipes, cigares, cigarettes roulées à la main, narguilés (appelés aussi shishas ou pipes à eau), tabac à priser, tabac à chiquer, tabac à sucer... toutes les sortes de tabac, consommées sous une forme ou une autre, entraînent une dépendance à la nicotine et sont à l'origine de maladies et de décès. Ce constat vaut aussi pour la consommation avec une combustion partielle du tabac ou sans combustion (comme le tabac à priser).
  • Aromatisés à la menthe, au chocolat ou au citron, qualifiés de "naturels" ou de "non traités"... tous les produits du tabac rendent dépendants à la nicotine et nuisent à la santé.

Les produits du tabac à usage oral sont consommés essentiellement sous deux formes: soit par le nez (tabac à priser) soit par la bouche (tabac à sucer, chiquer ou mâcher). Le tabac à usage oral, finement moulu et aromatisé, est aussi connu sous la marque "snus". Selon le type de traitement, ces produits entraînent des risques différents pour la santé. La consommation de tabac à priser, à sucer ou à mâcher n'entraîne pas les mêmes risques que la consommation de cigarettes puisqu'elle ne touche pas directement les voies respiratoires et les poumons.

Mais les produits du tabac à usage oral entraînent aussi des risques considérables pour la santé, puisqu'ils contiennent tous une plus ou moins grande quantité de nicotine, ainsi que des nitrosamines.

  • Les produits du tabac à usage oral font passer la nicotine dans le sang à travers la muqueuse nasale ou buccale. Les veines la conduisent jusqu'au cerveau, où elle parvient sous une forme tout aussi concentrée que si elle provenait d'une cigarette, mais se dégrade plus lentement. La nicotine fait battre le coeur plus vite, augmente la pression sanguine et le travail cardio-circulatoire.
  • Les nitrosamines spécifiques au tabac se constituent dès le séchage et le traitement du tabac. Tous les produits du tabac à usage oral en contiennent. Ils font partie des substances hautement cancérigènes.

Sur mandat du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dix-neuf chercheurs de sept pays ont recensé en octobre 2004 l'état actuel des connaissances sur les risques de cancers entraînés par les produits du tabac à usage oral. Le groupe de travail mandaté par le CIRC est arrivé à la conclusion que la consommation de ces produits entraîne des cancers de la bouche et du pancréas. Une trentaine de substances cancérigènes ont été trouvées dans les produits du tabac à usage oral, qui ont pour autre inconvénient de colorer les dents et d'attaquer les gencives.

Nach oben

Comparaison peu judicieuse

En fait, aucun fabricant de produits du tabac à usage oral ne prétend que ceux-ci contiennent moins de substances toxiques ou qu'ils entraînent moins de risques pour la santé. Ils se contentent de faire la comparaison avec la cigarette, qui entraîne des risques supplémentaires. Certains produits du tabac à usage oral contiennent moins de nitrosamines spécifiques au tabac que les cigarettes, ce qui peut induire en erreur en faisant penser qu'ils seraient plus ou moins inoffensifs.

Mais, du point de vue de la promotion de la santé, les consommateurs de produits du tabac sans fumée doivent être comparés avec les personnes qui vivent sans fumée plutôt qu’avec les fumeurs de cigarettes. Il s’avère que les nuisances du tabac à sucer ou à mâcher sont très importantes. Autrement dit, les produits du tabac sans fumée entraînent aussi des maladies.

Toute autre comparaison est à prendre avec des pincettes. La transformation du tabac d'un produit plus ou moins brut en un produit fabriqué spécialement pour être sucé peut réduire jusqu'à 50 % la teneur en nitrosamines spécifiques au tabac, particulièrement dangereux. Mais cela n'empêche pas ce type de tabac de contenir des substances toxiques dangereuses.

Nach oben

Situation juridique

En Suisse, le tabac à priser ou à mâcher est autorisé. Par contre, les autres produits du tabac à usage oral (comme le snus) ne peuvent être ni introduits ni vendus dans un but commercial. Les produits sous forme de poudre, ou de fins granulés, ou combinant ces deux matières, notamment sous forme de petit sachet de thé ou de papier poreux, sont interdits par l'Ordonnance du 27 octobre 2004 sur les produits du tabac (article 5). Seuls les particuliers peuvent se procurer et consommer de tels produits, en petites quantités et pour leur usage privé.

La mise en circulation de produits du tabac à usage oral est interdite dans l’ensemble de l’UE, à l’exception de la Suède (article 17 de la directive 2014/40/CE du Parlement européen et du Conseil du 3 avril 2014 en matière de fabrication, de présentation et de vente de produits du tabac).

Nach oben

Narguilé: risques pour la santé

Par erreur, la pipe à eau est souvent considérée comme une solution de rechange à la cigarette, comportant moins de risques. Or, cette idée ne repose sur aucun fondement scientifique. Au contraire, les conclusions du groupe d'étude de l'OMS sur la réglementation des produits du tabac réfutent la supposition que l'eau filtrerait les substances toxiques de la fumée du tabac.

  • En fumant un narguilé pendant une heure, on inhale entre 100 et 200 fois plus de fumée du tabac qu'avec une cigarette.
  • Même après que la fumée du tabac a passé à travers l'eau du narguilé, elle contient une grande quantité de substances toxiques. Certaines de ces substances toxiques se trouvent en nombre beaucoup plus élevé dans la fumée de narguilé que dans la fumée de cigarette. Elles causent non seulement le cancer du poumon, de la cavité buccale, des lèvres et de la vessie, mais chargent aussi le système cardio-vasculaire et entraînent des troubles respiratoires.
  • De plus, la fumée du tabac contient toujours de la nicotine après avoir traversé l'eau, en quantité suffisante pour rendre dépendant.
  • La fumée de la shisha apporte une dose plus importante de monoxyde de carbone à l’organisme que la fumée de la cigarette. La substance combustible utilisée pour favoriser la combustion du tabac, comme le charbon, contient aussi une grande quantité de substances toxiques (et notamment du monoxyde de carbone, des métaux et des substances cancérigènes) et augmente encore les risques pour la santé.
  • La femme enceinte et le bébé qu'elle porte sont particulièrement menacés par la fumée active ou passive d'un narguilé.
  • La fumée passive, qui se compose de la fumée du tabac et de la fumée de la substance combustible, constitue un risque sérieux pour la santé des non-fumeurs.
  • Enfin, lorsqu’on fume la shisha en groupe, le risque existe aussi d’attraper un agent pathogène comme le virus de l’hépatite, le virus de l’herpès labial ou les bactéries de la tuberculose.

Les fabricants de tabac ne cessent de commercialiser du tabac avec de nouveaux arômes pour le narguilé: pomme, banane, fraise, noix de coco, réglisse, mangue, orange, pêche, rose, raisin, vanille ou citron. Ces arômes fruités artificiels ne sont en soi pas nocifs mais ils favorisent le début du tabagisme. Ils rendent le tabac plus doux, de sorte que les fumeurs inexpérimentés toussent moins rapidement.

Nach oben

Comment fonctionne un narguilé?

Le narguilé est originaire d'Inde. En Méditerranée orientale, y compris la Turquie et la Syrie, on parle de "narguilé", alors qu'en Egypte et dans le Magreb, on l'appelle "chicha" ou "goza", et en Inde de "hookah". Dans ces pays, on avait l'habitude de se réunir dans les cafés pour fumer une pipe à eau en compagnie d'amis. Dans ce type de tradition, le tabac n'était pas aromatisé. Une nouvelle mode, dans les années 1990, a transporté le narguilé du Moyen-Orient dans toute l'Afrique du Nord, agrémenté cette fois-ci de mélanges de tabac aromatisés. Elle s'est popularisée dans d'autres régions, en particulier chez les jeunes aux Etats-Unis, mais aussi en Suisse.

Le narguilé se compose d'un récipient en verre, d'un pilier conduisant la fumée, d'une tête en terre glaise, d'un tuyau et d'une extrémité (ou embout). Le récipient en verre est partiellement rempli d'eau. On y place le long pilier à fumer en métal, plongé un à deux centimètres dans l'eau.

La tête en terre glaise se place sur le pilier. On y met le tabac, souvent parfumé au miel ou à la menthe. Une feuille d'aluminium recouvre le tabac, percée de petits trous où repose un charbon ardent.

Un tuyau de caoutchouc est maintenu sur le côté. De l'autre côté du tuyau, on y place un embout amovible. Souvent, on peut y placer deux ou plusieurs tuyaux, fumer le narguilé étant souvent une expérience de groupe.

Quand le fumeur aspire fortement à travers l'embout, l'air chargé de la fumée du tabac traverse les trous de la feuille d'aluminium, atteint la tête en terre glaise, la colonne au-dessous du récipient en verre, puis monte sous forme de bulles de vapeur, traverse l'eau sur le bord supérieur du récipient et de là, pénètre par le tuyau dans les poumons du fumeur. Les bulles de vapeur gargouillent, émettant un bruit caractéristique.

Fumer une telle pipe dure entre 20 et 80 minutes. Le comportement du fumeur diffère d'une personne à l'autre, comme pour la fumée des cigarettes. Certains fumeurs tirent longuement la fumée dans les poumons et d'autres la rejettent immédiatement par la bouche.

Nach oben

Sources

University of Minnesota Transdisciplinary Tobacco Use Research Center, Hope or Hazard? What Research Tells Us About "Potentially Reduced-Exposure" Tobacco Products. Hope or Hazard?, Publication Date: April 2005 Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantehttp://hdl.handle.net/11299/145.

Vincent Cogliano et al., WHO International Agency for Research on Cancer, Smokeless tobacco and tobacco-related nitrosamines, in: The Lancet Oncology 2004; 5: 708 Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantehttp://thelancet.com.

Paolo Boffetta et al., Review: Smokeless tobacco and cancer, in: Lancet Oncology 2008; 9: 667-675 www.thelancet.com.

Trudy Prins et al., ENSP Status Report on Oral Tobacco 2003, European network for smoking prevention, www.ensp.org

WHO Study Group on Tobacco Product Regulation (TobReg), Advisory Note: Waterpipe Tobacco Smoking: Health Effects, Research Needs and Recommended Actions by Regulators, World Health Organization. Tobacco Free Initiative Geneva 2005www.who.int/tobacco/en/.

Tobacco Free Initiative. World no tobacco day 2006, Tobacco: deadly in any form or disguise, World Health Organization
www.who.int/tobacco/wntd.

Bundesinstitut für Risikobewertung, Gesundheits- und Suchtgefahren durch Wasserpfeifen (Aktualisierte Gesundheitliche Bewertung Nr. 011/2009 des BfR vom 26. März 2009), www.bfr.bund.de.

Office fédéral de la santé publique, lettre d’information : consommation personnelle de tabac destiné à usage oral Etat: 3 juin 2013, remplace la version du 06.07.2004, Ouvre un lien externe dans la fenêtre courantewww.blv.admin.ch > Thèmes > Denrées alimentaires et objets usuels > Bases légales et d’exécution > Lettres d’information

Editeur: Association suisse pour la prévention du tabagisme
Texte: Nicolas Broccard
Etat: mai 2014

Nach oben